L’homme qui rêvait de John Marcus

• L'homme qui rêvait de John Marcus

Synopsis :

« Une société meilleure est-elle possible ? Maintenant ? . » C’est en tout cas ce que pensait le sénateur Aristote avant d’être retrouvé sauvagement assassiné dans la célèbre villa Arabe, quelques jours à peine après l’annonce de la création du PIB, le nouveau Parti international du bien-être.

Dans l’agitation qui suit la mort du vieux sénateur, candidat à l’élection présidentielle, la fine équipe du « 36, quai des Orfèvres », dirigée par le commissaire Delajoie, est aussitôt lancée sur la trace des meurtriers. Quelles relations pouvait bien entretenir le politicien avec un joueur invétéré de poker et un jeune trader londonien, eux aussi retrouvés à l’état de cadavres ? Quels puissants intérêts menaçait donc Aristote, celui que tous nommaient « L’utopiste du Luxembourg » ? Qui pouvait avoir peur des propositions originales énoncées dans son programme et des changements radicaux de société qu’elles auraient engendrés ?

Traquant la main invisible du Marché, l’équipe du commissaire Delajoie entreprend alors un voyage insolite au coeur de l’économie politique. D’Adam à Lycurgue, de Sismondi à Gesell, d’Owen à Proudhon, de Veblen à Duboin, de Keynes à Sen, autant de témoins improbables qui aideront pourtant les policiers à comprendre le mobile des meurtres et à retrouver le ou les coupables.

« Lire John Marcus est un acte de citoyen du monde »
Amadou LAMINE SALL, Grand prix de l’Académie française

 

Mon avis :

J’ai reçu ce livre dans le cadre d’un partenariat entre les éditions L’autre et le forum Livraddict, que je remercie !

J’ai commencé ce livre avec beaucoup d’enthousiasme car on me parlait depuis quelques temps de la sortie de ce livre tant attendu mais je n’ai pas été séduite par celui-ci malgré que j’aime le genre policier et que les thèmes (finance, politique …etc.) abordés dans ce roman m’intéresse vivement.

Je vais bien évidemment vous expliquer ce qui m’a déplu.

Le roman commence par deux chapitres, séparés, qui nous relatent des crimes commis (un crime par chapitre). Déjà à ce moment j’ai éprouvé quelques difficultés avec le style c’est- à- dire que j’ai eu énormément de mal en poursuivant ma lecture, à recadrer les crimes décrit lors de ces deux chapitres, avec l’enquête qui voyait le jour.

Ensuite, une fois cet « obstacle » franchi, l’enquête commence et là cette partie m’a un peu mieux plu bien que j’étais à certains moments perdus au niveau de la chronologie ainsi que des personnages ! Concernant les personnages, j’y reviendrai plus tard !

Concernant la chronologie, j’avais du mal à savoir à quel moment se déroulait ce que j’étais en train de lire car il me semble (je vous le dis, je n’ai pas bien compris ) que certain passage lu au milieu des prémices de l’enquête se sont déroulés juste avant que l’enquête commence mais pour moi cela n’a pas été clair et j’ai commencé, déjà à ce moment, à m’emmêler les pinceaux.

Ensuite, l’enquête continue, mais nous avons au milieu des explications des avancées de celle-ci, de longs passages relatifs à l’économie, à la finance ou encore à la politique. Bien sur ces passages ne sont pas là comme cela, il s’agit de dialogue entre différents protagonistes du roman. Le déroulement de l’histoire étant déjà assez confus pour moi, cela à contribué un peu plus à ma confusion.

Je me suis donc lancée, à partir de ce moment, dans une relecture du roman à partir de la page 1 jusqu’à la page 157 (fin du chapitre 11) où je m’étais arrêtée mais celle-ci s’est révélée infructueuse.

Parlons des personnages maintenant. Ceux-ci m’ont paru trop nombreux et ils sont présentés, pratiquement tous au même moment. De plus si nous n’avons pas de notion concernant les grades au sein des services de police, il nous est très (trop ?) compliqué de pouvoir nous représenter une quelconque hiérarchie entre les différents protagonistes de l’histoire. De plus, les personnes travaillant au sein de l’équipe qui va enquêter, ont tous des surnoms (plus ou moins débile …) qui va également favoriser une confusion au sein du roman.

Enfin, concernant l’ensemble du roman, une chose m’a également dérangé. Je n’ai pas de notion particulière en ce qui concerne le domaine policier, même si j’ai déjà lu des romans de ce genre. Ici l’auteur n’a pas vraiment pensé aux lecteurs qui pouvaient être novice en la matière. Je m’explique, dès le début du roman, nous trouvons des sigles tels que IJ ou PJ ou encore des noms d’armes ou des termes techniques. Pour certains à l’aise avec le genre cela ne les dérangera pas mais moi j’ai été obligé de me rendre sur internet afin d’avoir des définitions. Je vous avoue donc que cela ne m’a pas fortement enchanté.

Je conclu donc ce roman par un abandon. Cependant j’ai lu d’autres avis sur ce livre qui à première vue recueillent des avis plutôt positifs par les lecteurs et je tenais donc à m’excuser sincèrement auprès de la maison d’édition L’autre qui m’a gracieusement offert ce livre.

Ma note :

7/20

  • L'homme qui rêvait de John Marcus & • L'homme qui rêvait de John Marcus

 

Publicités

Toi aussi donne ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s