Une femme fuyant l’annonce de David Grossman

• Une femme fuyant l'annonce de David Grossman

Synopsis :

Ofer, mon enfant, nous irons ensemble à la frontière palestinienne. Tu rejoindras le camion militaire et je partirai sans me retourner.

Je marcherai sur les chemins de Galilée, avançant toujours, jusqu’à ton retour.

Je n’irai pas seule.

Avram, mon amour de jeunesse, sera avec moi. Je lui parlerai de toi, de tes colères, tes silences butés, ton sourire et tes sanglots.

Ofer, mon enfant, reviens-moi.

 

Mon avis :

 

Lorsque ce livre a été proposé en partenariat sur le forum de Livraddict, j’ai immédiatement postulé car j’ai trouvé le synopsis très intriguant et je voulais vraiment en savoir plus.

 

Ainsi dans le cadre de cette lecture, je souhaite remercier le site Livraddict ainsi que les Editions Points car sans eux, je n’aurais pas pu découvrir ce chef-d’œuvre de la littérature contemporaine !

 

Pour faire simple, et essayer du mieux possible de vous faire partager l’enthousiasme que j’ai ressentis au cours de ma lecture, je vais débuter cet article en revenant au tout début.

 

En effet, je n’avais jamais entendu parler de cet auteur et mon avis sur celui ci était donc neutre. Je pouvais cependant m’appuyer sur une source, en général assez sure, qu’est le prix Médicis, que ce roman a obtenu en 2011.

 

J’ai donc commencé ce livre avec beaucoup d’intérêt en me disant que je voulais moi aussi comprendre ce qui avait pu tant plaire aux différents jury/lecteurs. Et c’est alors que débute ma lecture par le premier chapitre. Ou concrètement, pour être honnête, ce que je m’efforce de faire du mieux possible dans mon espace personnel, si ce n’est encore plus dans le cadre d’un partenariat, j’ai vraiment été déstabilisée durant cette première partie.

 

Je lis ce premier chapitre, qui d’après les notes de l’auteur, se déroule en 1967. Je n’y comprends rien … L’écriture est confuse … Un espèce de dialogue entre trois personnes mais qui n’est pas du tout structuré. En clair il s’agit là principalement d’une conversation entre (d’après ce que j’ai compris grâce à la suite) deux garçons : Ilan et Avram et une jeune fille : Ora. Sauf que cela ne m’apparaît pas du tout si clair sur le moment. Lorsque l’un d’eux parle on ne nous prévient pas que c’est de lui dont provient les paroles et les phrases s’enchaînent les unes après les autres, une sorte d’écriture qui ressemble (quand on regarde sa forme de loin) ni plus ni moins à un poème.

 

Et à ce moment précis, disons une dizaine de pages de lues, je regarde un peu la grandeur des chapitres. Désolée, je m’aperçois que le premier fait environ 70 pages !! C’est alors que je me fais cette réflexion : « Qu’est ce qui a bien pu te prendre de t’embarquer dans un partenariat sur un bouquin de près de 800 pages ?? » Je suis complètement désemparée à l’idée de devoir poursuivre la lecture d’un livre dont je ne comprends rien !

 

Mais lisant ce livre dans le cadre d’un partenariat avec une maison d’édition, je ne peux me résoudre à l’abandonner, ou en tout cas pas si vite ! Je continue donc ma lecture, contre mon grès avouons le ainsi, et c’est alors qu’en commençant  le deuxième chapitre j’ai compris ce dont parlait tous les lecteurs !

 

Je découvre ainsi, à partir du second chapitre, qui se déroule dans les années 2000, un roman qui prend tout son sens,  un véritable petit bijou que je vais littéralement dévorer !

 

David Grossman nous romance ici le périple d’Ora, une maman dont son fils Ofer, s’est porté volontaire à la fin de son service militaire, pour une mission de 28 jours afin de renforcer l’armée de son pays, l’Israël, actuellement en guerre. Elle lutte contre elle même, contre la peur d’apprendre une mauvaise nouvelle, qu’il puisse arriver quelque chose à son être si cher qu’est son fils. 

 

Dans ce cheminement de désespoir contre la mort et l’annonce (d’où le titre) de la perte, elle décide d’emmener son ami d’enfance et de toujours : Avram, avec qui une magnifique complicité va nous être décrite.

 

Ainsi nous suivons, ce « couple » dans son voyage sur les chemins de Galilée et apprenons à découvrir jusque dans les moindres détails le petit Ofer, si cher aux yeux de sa maman, sur un fond de nature, qui nous transporte tant l’écriture est fluide et les événements rapportés intéressants.

 

En effet, nous petit européen, certes un minimum cultivé et intéressé par le monde qui l’entoure, ne nous rendons pas forcément compte de ce qui peut se passer dans des pays en guerre comme l’Israël par exemple, ou en tout cas, pas comme cela se passe en réalité. Nous découvrons donc à travers Ora, Avram et Ofer ce que peuvent traverser les civils ou militaires dans ces moments là, comme la peur par exemple, la faim,  la maladie ou encore la mort. 

 

Mais en plus de nous faire découvrir ces pays sur fond de guerre, nous découvrons aussi le plus simplement du monde, un enfant qui grandit. Un récit pour le moins touchant d’une maman, qui nous explique de la naissance à sa vie de « presque » adulte, l’évolution de son enfant, ses joies, ses peines, ses réussites et ses échecs. Un destin, qui aurait pu être brisé par de nombreuses choses : un père absent, une guerre qui fait rage…etc.

 

Mais il en est autrement et David Grossman nous fait part ici, grâce à  un magnifique roman, d’un bout de vie, d’une belle leçon de courage et d’un livre très touchant !

 

Une chose est sure ce livre m’a beaucoup ému et je l’ai refermé, différente de quand je l’avais commencé ! J’ai su apprécier cet ouvrage par sa simplicité et son authenticité grâce à  l’écriture formidable de l’auteur !

 

Pour conclure, je vous recommande vivement ce roman et vous conseille fortement de ne pas vous laisser déstabiliser par le premier chapitre, qui ne reflète pas du tout, d’après moi, le reste de ce chef-d’œuvre !!

 

Merci encore aux Editions Points et à Livraddict !

 

• Une femme fuyant l'annonce de David Grossman & livraddict

 

Ma note :

18/20

Publicités

Toi aussi donne ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s